Dialogue et récit (6) : ni figure intérieure ni figure extérieure

Comme mues par des pensées vaines, les deux femmes s’avancent dans l’univers effervescent.

Plusieurs problématiques se présentent pourtant à leur esprit (elles ont passé l’épreuve du jetlag, toujours épuisant) : je suis dans un monde semblable au mien, pierre et bois, métal et circulation, et pourtant je ne peux l’appréhender, tout ce que je tente de toucher se délite dans mes mains. Ni pierre, ni bois, ni vent ni eau. D’où vient le défaut de ce monde ?
Elles tentent une équation dialectique : le défaut de ce monde est que c’est ce qui relève du néant qui est. Pierre et bois sont néant, le néant est pierre et bois.
Cela n’est pas sans leur rappeler ces débats qu’elles eurent, pendant leurs années de formation intellectuelle, sur l’incompatibilité des choses spirituelles et des choses corporelles.

Cependant, à plusieurs milliers d’années-lumière de la Terre, elles ne peuvent se résoudre à l’hypothèse du néant. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s