Dialogue et récit (7) : deuxième hypothèse

Errantes dans le néant qui est, les deux femmes tentent une autre hypothèse : le néant ne serait peut-être existant que pour elles seules. L’invention de Morel leur revient en mémoire, et soudain, elles voient que tout se répète indéfiniment et presque nécessairement.
Comme frapper dans  une balle sur un court de tennis, remplir un cahier de notes pour en recommencer un autre, comme les idées qui défilent et qu’aucune ne vient se fixer dans un entendement malade. Comme observer la régularité d’un cristal et ne jamais y trouver le moindre défaut, et pourtant toujours poursuivre l’observation. Toujours pousser la porte alors qu’il suffit de la tirer pour l’ouvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s