Dialogue et récit : le royaume des apparences

Sur cette planète ignorée de l’astronomie, un phénomène étrange s’est produit récemment. Ce qui est sûr, c’est que l’observation et la théorie scientifiques ne contribuent pas à lui donner une signification.
Non que la planète soit sous l’emprise d’un système de croyance primitive, qui pourrait s’expliquer par exemple par la présence des deux lunes dans son ciel, dont l’une est sur le point de s’éteindre, volontairement. (Car les deux lunes troublent la nuit en alternant dans le ciel sans interruption.)
Des deux personnages du récit, l’un a disparu.
Dans une histoire où il ne reste qu’un protagoniste, le dialogue peut évoluer vers le monologue ou vers l’aphasie, une tendance déjà remarquable dans des épisodes précédents grâce au métatexte. Cette solution technique permettant la poursuite du récit malgré tout comporte quand même trop de contraintes stylistiques. Elle ne peut être envisagée.

Non, car cette planète, peuplée en grande partie de grenouilles, s’est dépeuplée en une nuit. Toutes les grenouilles, qui dormaient au fond des mares en attendant la fin de l’hiver, ont décidé que l’attente, troublée la nuit par les deux lunes alternant dans le ciel sans interruption, ne devait pas durer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s