Dialogue et récit : clair de lune d’avril

Inscrire la saisonnalité dans le récit demande d’observer les phénomènes atmosphériques.
Regarder le temps qui passe ne suffit pas, car cela peut n’impliquer que la contemplation.

Or pour s’accomplir, l’action (cf action & événement) a besoin d’un ressort, une alternative, qu’elle trouve par exemple dans la pluie qui tombe : le personnage s’abrite sous un porche, entre dans un café parce qu’il n’a pas de parapluie.
La chaleur précoce du printemps : le personnage ôte son manteau et le porte sous son bras, il s’en fiche il porte une autre veste pour supporter les zones à l’ombre.
Mais la pluie revient et il remet son manteau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s