L’attaque des singes (3)

C’était d’ailleurs beaucoup plus loin que je ne le pensais, comme si mon souvenir m’échappait, s’évaporait, et à cet instant-là je ne percevais avec netteté qu’une histoire que j’avais peut-être imaginée. Mais comment pourrais-je avoir enregistré et conservé le souvenir d’un lieu où je n’étais jamais allé ?
Ou plutôt, n’est-ce pas que ce souvenir avait été réduit à l’état de récit objectif, d’abrégé forcément lacunaire, un aplat monochrome se substituant aux sensations et justifiant l’absence de relief ? Peut-être même que l’ordre narratif du souvenir primitif avait été modifié, remanié, que certaines scènes se répétaient à l’identique mais avec quelques mètres-secondes d’écart, à tel point que sa restitution en serait évidemment faussée et contradictoire, par moments. (Meaning ain’t in the head…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s