Dialogue et récit (3) : le défi

Les deux femmes atterrissent en drone sur la planète effervescente effacée des archives terrestres.
Le ciel étrange et la lune non sphérique ne les effraient pas. Habituées aux hallucinations visuelles, elles considèrent qu’il est plus facile de savoir quelque chose et d’agir en ce sens que de faire en sorte de ne pas savoir.

Mais les deux femmes ignorent encore tout de ce qui les attend. Elles sont en effet tombées dans un univers, ignoré même de l’astronomie (science morte), où l’on ne mesure ni le temps ni la substantialité. Un monde virtuel, dit-on banalement aujourd’hui.
Donc, ni conscience subjective ni conscience objectale. Termes obsolètes, comme le reste. Et encore, tout ça n’est pas bien compliqué. Il suffit de dire que ni l’espace ni le temps n’ont de signification.
Donc, un monde d’identités virtuelles pour ne plus se focaliser que sur les silhouettes. Enfin, les shapes (« avatars » en français).

[…]

Questions de tropisme

Que peut-on faire le week-end ? 

On peut regarder ce qui se passe .

On peut faire des expériences physiques.

On peut faire des expériences perceptives.

On peut faire des expériences pour valoriser son potentiel d’innovation photo-numérique.

On peut faire des expériences chimiques et parfois on aime bien.

On peut faire d’autres expériences visuelles mais on ne peut pas toujours identifier le référent.

Heureusement, tout jugement de goût est universel et subjectif.