Mais qu’allons-nous faire de tous ces plaisirs ?

Il y en a tant sur terre.
Mais envie de quoi ?

Il n’y a qu’à soulever le message envoyé pour voir qu’il suffit de le déchirer pour voir les petits morceaux de papier tomber lentement et toucher le sol sans faire de bruit.

Non. Il n’y a qu’à soulever le message envoyé pour et voir qu’il suffit de le déchirer pour et voir et que les petits morceaux de papiers tombent lentement sur le sol sans faire de bruit.

Il n’y a qu’à soulever le message envoyé pour voir qu’il suffit de le déchirer et voir les petits morceaux de papier tomber lentement et toucher le sol sans faire de bruit.

Il n’y a qu’à soulever le message envoyé pour voir qu’il suffit de se le déchirer et que les petits morceaux de papier tombent lentement et touchent le sol sans faire de bruit.

Il n’y a qu’à soulever le message envoyé pour voir qu’il suffit de le déchirer et regarder les petits morceaux de papier tomber lentement et toucher le sol sans faire de bruit.

Dialogue et récit (2) : Space Oddity

Flashback : une femme terroriste nymphomane est poursuivie par deux autres femmes dont l’une est agent secret et l’autre incommodée par un invité indésirable dans un épisode ultérieur.

Après une poursuite dangereuse, les deux femmes parviennent à neutraliser la femme terroriste au péril de leur vie ; la femme à l’invité, surtout, fait preuve de courage.
Encerclée par les policiers, la femme terroriste demande à ceux-ci de la conduire dans un lieu au nom étrange. Ce lieu, on le saura plus tard, est une planète qui a été effacée des archives terrestres car elle est entourée de gaz effervescents aux effets secondaires inconnus, notamment pour les astigmates qui ne peuvent identifier dans son ciel qu’une lune ovoïde.

Les deux femmes, ayant préparé leurs proches à leur départ — chacun réagissant avec une intensité dramatique différente — et transféré quelques ressources mystérieuses, décident de partir à la recherche de ce lieu.
Si ce qu’elles découvrent avant leur départ les bouleversent, la femme à l’invité est décidée à ne plus rien laisser de sa vie terrestre : la terroriste doit être poursuivie à tout prix.

Pour rejoindre la planète, elles embarquent sur un drone, plus économique.
Après un voyage interplanétaire de plusieurs dizaines d’années-lumière (les détails importent peu, l’astronomie étant devenue une science morte dans cette période de pénurie), les deux femmes atterrissent dans un monde presque semblable au leur, sauf qu’il est effervescent. Cela a quelque chose d’inquiétant.

Cependant, les deux femmes ignorent qu’elles sont attendues. […]

Seulement si

Plutarque dit : l’orateur Papius Pison, ne voulant pas être dérangé, avait ordonné à ses domestiques de parler seulement quand on leur posait une question. Un jour, voulant faire honneur à Claude alors au pouvoir, il le fit inviter. À l’heure convenue, tous les autres convives étaient là, seul Claude se faisait attendre.
Pison envoya à plusieurs reprises le domestique chargé des invitations et lui demanda :
« Eh bien, tu l’as invité ou non ?
— Mais oui !
— Pourqui n’est-il pas venu ?
— Parce qu’il a décliné.
— Pourqui donc ne l’as-tu pas aussitôt annoncé ?
— Parce que tu ne l’as pas demandé. »