Dialogue et récit (7) : deuxième hypothèse

Errantes dans le néant qui est, les deux femmes tentent une autre hypothèse : le néant ne serait peut-être existant que pour elles seules. L’invention de Morel leur revient en mémoire, et soudain, elles voient que tout se répète indéfiniment et presque nécessairement.
Comme frapper dans  une balle sur un court de tennis, remplir un cahier de notes pour en recommencer un autre, comme les idées qui défilent et qu’aucune ne vient se fixer dans un entendement malade. Comme observer la régularité d’un cristal et ne jamais y trouver le moindre défaut, et pourtant toujours poursuivre l’observation. Toujours pousser la porte alors qu’il suffit de la tirer pour l’ouvrir.

Dialogue et récit (6) : ni figure intérieure ni figure extérieure

Comme mues par des pensées vaines, les deux femmes s’avancent dans l’univers effervescent.

Plusieurs problématiques se présentent pourtant à leur esprit (elles ont passé l’épreuve du jetlag, toujours épuisant) : je suis dans un monde semblable au mien, pierre et bois, métal et circulation, et pourtant je ne peux l’appréhender, tout ce que je tente de toucher se délite dans mes mains. Ni pierre, ni bois, ni vent ni eau. D’où vient le défaut de ce monde ?
Elles tentent une équation dialectique : le défaut de ce monde est que c’est ce qui relève du néant qui est. Pierre et bois sont néant, le néant est pierre et bois.
Cela n’est pas sans leur rappeler ces débats qu’elles eurent, pendant leurs années de formation intellectuelle, sur l’incompatibilité des choses spirituelles et des choses corporelles.

Cependant, à plusieurs milliers d’années-lumière de la Terre, elles ne peuvent se résoudre à l’hypothèse du néant. […]

Dialogue et récit (?) : Me neither

Donc les deux femmes intègrent la planète virtuelle presque sans le percevoir. Elles entendent des propos lancinants (« I go and I come between you ») mais elles ne peuvent pas les traduire.
De cette langue imcompréhensible que, pourtant, elles croyaient a priori comprendre, elles réalisent progressivement que seule l’image peut la décrire. Mais en voulant accorder aux images une valeur symbolique expressive (mais bien sûr, c’est la praxis qui donne leur sens aux mots), elles s’égarent dans des débats esthétiques vains, du genre : un décor peint médiocre, dans une scène de théâtre ou de cinéma, est-il meilleur qu’un véritable paysage, qui viendrait détourner l’attention du propos ? (bof)
[…]  

Dialogue et récit (3) : le défi

Les deux femmes atterrissent en drone sur la planète effervescente effacée des archives terrestres.
Le ciel étrange et la lune non sphérique ne les effraient pas. Habituées aux hallucinations visuelles, elles considèrent qu’il est plus facile de savoir quelque chose et d’agir en ce sens que de faire en sorte de ne pas savoir.

Mais les deux femmes ignorent encore tout de ce qui les attend. Elles sont en effet tombées dans un univers, ignoré même de l’astronomie (science morte), où l’on ne mesure ni le temps ni la substantialité. Un monde virtuel, dit-on banalement aujourd’hui.
Donc, ni conscience subjective ni conscience objectale. Termes obsolètes, comme le reste. Et encore, tout ça n’est pas bien compliqué. Il suffit de dire que ni l’espace ni le temps n’ont de signification.
Donc, un monde d’identités virtuelles pour ne plus se focaliser que sur les silhouettes. Enfin, les shapes (« avatars » en français).

[…]